Quelles réformes pour faire de la France la première puissance en Europe ?

Dans 8 mois, ce sera la primaire, dans 13 mois la présidentielle. C’est demain. Et demain, nous devrons choisir : voulons-nous continuer comme aujourd’hui, dans le prolongement du quinquennat de F. Hollande : « je sens la reprise ; elle est là », « la courbe du chômage s’inversera d’ici la fin de l’année … » ? Acceptons-nous le recul de notre économie, le déclassement de notre pays, l’appauvrissement des classes moyennes ?Voulons-nous un quinquennat comme celui de F. Hollande, un quinquennat pour constater que, finalement, « les choses ne vont pas si mal que cela », un quinquennat qui ne change rien, et ne sert à rien.

Ou bien, voulons-nous une autre politique ? Un quinquennat utile, qui réforme, qui transforme, qui change radicalement la donne, qui donne un espoir à notre pays, à la jeunesse, aux chômeurs, à ceux qui souffrent ?« Faire de la France le leader en Europe » ? C’est presque provocateur ? Après tant et tant d’années d’absence de choix, de fausses réformes, de faux-semblants, qui peut croire que la France peut devenir « le » leader en Europe ? Nos concitoyens sont désabusés, et se demandent si la France est encore capable de se réformer.

C’est pourtant la proposition-phare de François Fillon. Il est peut-être l’un des seuls candidats à la primaire à proposer un cap et un objectifsi ambitieux. Il propose un discours de vérité, fondée sur une analyse rigoureuse des problèmes et des difficultés. Il affirme sa volonté de réaliser toutes les réformes nécessaires. Il pose un principe : la liberté, et une méthode de l’action : faire.

Et un diagnostic accablant, mais partagé par nos concitoyens.La France est en panne, minée par ses déficits, des dépenses publiques excessives, une fiscalité accablante, des rigidités. « Un État en faillite ».La croissance ne crée plus d’emploi, l’économie recule, le chômage est l’un desplus élevés d’Europe. L’industrie s’affaiblit, la compétitivité recule, le monde agricole est à bout de souffle.

Et l’Europe même ne nous attend plus. Le couple franco-allemand ne fonctionne plus. Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, Espagne, Portugal, ont effectué les réformes, pris les mesures nécessaires de redressement. Leur économie et leur emploi repartent, connaissent un nouvel essor. Une attractivité nouvelle notamment pour les jeunes, qui veulent construire leur vie et réaliser leurs rêves. 3 millions de Français se sont expatriés contre 1 millions il y a 5 ans.

Face à cette situation, profondément aggravée depuis le début de ce quinquennat, FF propose des réformes radicales, une vraie rupture, ces réformes structurelles, qu’experts et praticiens reconnaissent comme indispensablesdepuis 30 ans, mais toujours retardées, différées, reportées, enterrées !

Il propose un plan de redressement. Pas des demi-mesures, mais les vastes réformes qu’impose la situation. Un considérable effort de redressement à pour mettre fin à la spirale du déclin, déclin déjà commencé. Des réformes radicales, avec une conviction : la liberté. Il est indispensable et urgent de réduire la dépense publique, de réformer le droit du travail, la fiscalité, l’organisation territoriale, l’école, la formation, de restaurer l’autorité de l’Etat, de simplifier drastiquement les normes.

Certains affirment, c’est du « thatcherisme », manière de dire : pas tant, pas trop vite, et ajoutent, « cela promet du sang et des larmes ». Langage churchillien peut-être, mais efforts nécessaires après tant d’années de gestion à la Guy Mollet.Qu’en pensent les jeunes au chômage, ou en situation précaire, les diplômés qui n’y arrivent pas, après des années d’études, des diplômes, des stages et des stages les seniors qui ne retrouvent pas de travail. Et les ouvriers, techniciens, ingénieurs, dont les entreprises délocalisent, les agriculteurs qui travaillent 60 heures par semaine sans se verser de salaire, et même les enseignants, accablés de textes confus, peu respectés, mal payés ?

Nos concitoyens expriment, à chaque fois qu’ils en ont l’occasion, leur exaspération, leur angoisse du chômage, du délitement du territoire. Aucune tactique électorale n’apportera de solution-miracle ! Seules des réponses apportant des solutions aux problèmes des Français, permettront de rendre confiance. Le temps est compté !

Or nous disposons de réserves de créativité, d’invention, de milles atouts pour réussir. Pour redresser notre pays, François Fillon fait des propositions concrètes et réalistes. Elles sont issues de nombreuses rencontres de terrain, pendant plus de 200 déplacements effectués depuis 2 ans.Si nous le voulons, l’espoir est permis, à condition d’inventer des solutions nouvelles, de nous projeter dans l’avenir, de donner la priorité à l’éducation, à la formation, à l’entreprise. FF veut nous faire partager l’espoir qu’à condition qu’on en prenne les moyens, un renouveau est possible.

2 réponses à to “Quelles réformes pour faire de la France la première puissance en Europe ?”

  • Delaporte Guy-François:

    Bravo, cher cousin, je partage tout à fait ton avis

  • VOISIN THERMAC:

    Entièrement d’accord, François Fillon est le seul Candidat qui ait un programme construit et montre depuis 2 Ans

    une volonté sans faille pour le diffuser auprès de nos Concitoyens. Le courage se voit sur la longueur.

    Nous n’avons pas besoin de discours mais d’Actes . Commençons donc par voter le 20 novembre 2016.!!!

    Amicalement

    Yvonne Voisin-Thermac

Laisser un commentaire