« Entre enracinement et modernité », mes vœux pour 2018

Discours prononcé lors de la cérémonie des vœux aux Cellois, le 10 janvier 2018

Mesdames et Messieurs, je suis très heureux de vous accueillir ce soir pour cette traditionnelle cérémonie de vœux
J’accueille notre députée, Béatrice PIRON ; nos sénateurs, Alain SCHMITZ et Martin LEVRIER. Je suis heureux d’accueillir Marie-Annick DUCHENE, sénatrice jusqu’en octobre. Heureux d’accueillir François de MAZIERES, président de la CA VGP ; Sylvie d’ESTEVE, Olivier LEBRUN, Philippe BRILLAULT et Olivier de la FAIRE, conseillers départementaux. Bienvenue à Marc TOURELLE, maire de Noisy-le-Roi, Jean-François PEUMERY, maire de Rocquencourt, Luc WATTELLE, maire de Bougival, Gilles STUDNIA, maire de St-Nom la Bretèche, Arnaud HOURDIN, maire de Rennemoulin.

Merci à M. POMMERY, maire-adjoint à Feucherolles, à Mme DUVAL, de Fontenay-le-Fleury. Merci à Jean-Louis GASQUET, maire honoraire. Heureux d’accueillir les responsables des services publics, le commissaire BONNEFOND, le capitaine LEFEUVRE, responsable du commissariat de police, le capitaine MAGIMEL, chef du centre de pompiers. Dans un contexte difficile, je vous exprime toute notre confiance, notre soutien et nos remerciements pour votre engagement au service de notre pays.
Bienvenue à M. Hervé GASSE, directeur du territoire d’action départementale, Olivier BERTHELOT, DG des services de VGP. J’accueille les proviseurs, M. LENFANTIN et Mme GILLET-LION, les principales des collèges, Mme BENEZET et Mme APPEAU. Bienvenue aux directrices et directeurs des écoles maternelles et élémentaires, de l’IME, les enseignants, engagés avec cœur dans leur belle mission d’enseignement.

Je suis heureux d’accueillir le père Bruno L’HIRONDEL, curé de La Celle Saint-Cloud, le représentant de la paroisse protestante, M. Charles BRAMI, représentant de la communauté israélite de l’ouest, M. SEMDANI, représentant de l’association socio-culturelle des musulmans cellois.
Bienvenue aux responsables d’associations, aux bénévoles qui font vivre le tissu associatif de notre ville. Bienvenue aux chefs d’entreprises, professions libérales, partenaires de la ville. Heureux d’accueillir les élus du Conseil municipal des jeunes, qui réaliseront, à nouveau cette année, un beau projet au service de la ville. Bienvenue à tous !

Depuis longtemps, notre ville a trouvé son équilibre entre enracinement et modernité
Inaugurant, il y a un peu plus d’un demi-siècle, le nouvel Hôtel de ville, Lucien-René Duchesne, maire depuis 1959, saluait un « évènement historique ». Historique, le mot n’était pas trop fort, tant le déplacement de la mairie depuis le Bourg jusqu’à ce lieu géographiquement central marquait d’une pierre blanche l’histoire de notre commune. En 20 ans, de 1955 à 1975, la population celloise, stable depuis le 18ème siècle, passa de 5 000 à 25 000 habitants, soit une croissance de 20 000 habitants en seulement 20 ans.

M. Duchesne était bien conscient de l’urgence de répondre aux besoins d’une population nouvelle. Tout était à faire ! Il voulait développer La Celle Saint-Cloud, la projeter dans la modernité, l’ouvrir sur l’avenir. Mais il était aussi convaincu que notre ville ne pouvait se contenter du sort d’une ville-dortoir et qu’il lui fallait préserver sa personnalité et son identité, affirmer son attrait et son originalité.

M. Duchesne et ses successeurs ont forgé une nouvelle ville, mais ils ont su protéger nos racines, notre histoire, notre art de vivre. Grâce à eux, La Celle Saint-Cloud bénéficie d’un environnement exceptionnel, d’un habitat de qualité, de nombreux équipements sociaux, sportifs et culturels. Le cœur de la ville bat au sein des familles, dans les écoles, dans les nombreuses associations qui tissent le lien social. Ce qui fait la richesse de notre ville, c’est une solidarité vécue, la convivialité, l’engagement associatif, le service d’une ville vivante et unie.

Tel était, au seuil des années 60, l’ambition de M. Duchesne ; telle est aujourd’hui encore l’ambition qui nous anime.
Dans ses grandes lignes, le projet des précurseurs est toujours d’actualité. Les enjeux du 21ème siècle se distinguent de ceux des années 60 : ce sont des enjeux de sécurité, lutte contre le terrorisme ; changement climatique ; enjeux économiques, sociaux, flux migratoires ; enjeux culturels et de civilisation. Dans un contexte de changement rapide, l’Etat conserve un rôle indispensable pour défendre notre culture, notre patrimoine, ce que nous sommes.

Les enjeux sont immenses. Notre pays ne peut plus agir seul. Il ne peut pas se passer d’une Europe forte, seule à même de garantir nos valeurs et notre modèle de société. Mais il ne peut pas non plus se passer des acteurs, entreprises, associations, collectivités locales, citoyens, qui forment le tissu social.

Elu en mai 2017, il y a un peu plus d’un semestre, le président de la République a donné à notre pays une impulsion nouvelle, et, après tant d’années perdues, un élan salutaire. Il inaugure de nouvelles façons d’agir en politique ; il réveille chez nos concitoyens l’envie de s’engager ; il assoit l’autorité de la France en Europe et porte haut nos couleurs sur la scène internationale.

Dans de nombreux domaines, le chef de l’Etat engage les réformes trop longtemps différées. Nombre d’entre elles vont dans le bon sens. Pour notre pays, elles sont le signe encourageant qu’aucune fatalité ne nous contraint ni à l’immobilisme ni au déclassement. Mais beaucoup reste à faire ! Il faut aller plus vite et plus loin. Il faut réduire les déficits et la dette, alléger les dépenses dont le poids démesuré étouffe la compétitivité et l’emploi. Il faut assouplir les normes, mettre fin aux contraintes bureaucratiques.

Il faut rompre enfin avec une organisation territoriale désuète, simplifier les niveaux de gestion, réduire le millefeuille administratif, et répartir plus clairement les compétences. Je dis bien sûr cela sous le contrôle vigilant des élus qui m’entourent ! Et pour être tout-à-fait dans l’actualité, je souhaite vivement que la réforme du Grand Paris ne se fasse pas au détriment de la région francilienne, qu’elle n’affaiblisse pas la décentralisation, mais qu’au contraire elle la conforte.
Dans un monde global, aucun territoire ne demeure à l’abri de la concurrence, et l’attractivité devient la seule réponse crédible à la compétition entre les territoires. La ville de demain devra s’ouvrir davantage aux autres territoires, et se tourner vers l’avenir. Elle vivra la révolution numérique et la transition énergétique, et devra faire preuve d’agilité et d’intelligence, tout en restant toujours unie et solidaire. Cela impose de changer radicalement nos logiciels de fonctionnement.

Lors de la conférence des territoires, le premier ministre s’est engagé à réformer l’organisation territoriale et à restaurer la confiance entre l’Etat et les collectivités. Je forme des vœux pour que cet engagement de confiance permette de rétablir le dialogue entre l’Etat et les territoires. Car quelle portée aurait le principe de décentralisation, en l’absence de relations de confiance avec l’Etat ? Quel serait le contenu d’un « pacte girondin », tant vanté dans les discours officiels, mais oublié dans les faits ?

Au sein de la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc, nous faisons quotidiennement l’expérience d’une coopération territoriale prometteuse. Les compétences transférées, développement économique, transports, environnement, correspondent à des enjeux stratégiques auxquels, chaque commune seule, ne saurait répondre efficacement. Dans le respect du principe de subsidiarité, Versailles Grand Parc offre d’importants services, l’action culturelle, les circulations douces, la vidéo-protection, et je plaide pour que la communauté d’agglomération soutienne les communes face au poids de l’Etat et prenne part à la défense de l’autonomie locale.
Ne nous y trompons pas ! La contrainte budgétaire ne fera que s’accentuer à l’avenir. Il faut dès maintenant imaginer et mettre en œuvre des modes d’organisation et de gestion innovants. La recherche de mutualisations intercommunales s’impose ; et je suis convaincu que des économies substantielles pourraient découler du rapprochement, voire de la fusion, des communes limitrophes.

Il faut adapter nos structures, les rendre flexibles, moderniser nos modes d’action. Ainsi, fait assez exceptionnel, nous fusionnerons, en 2018, les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) de La Celle Saint-Cloud et du Chesnay, permettant d’augmenter le nombre de lits et d’améliorer le service. Ainsi pour le Domaine des Fresnes, c’est grâce à un étroit partenariat avec Bougival que nous ferons progresser en 2018 une solution profitable à notre territoire.
Au cours des années passées, nous avons maintenu avec persévérance, à LCSC, l’effort de maîtrise des dépenses. Cet effort nous permet aujourd’hui de réduire nos dépenses de gestion. Nous poursuivrons, en 2018 et bien au-delà, cette politique fidèle à la ligne directrice qui a toujours inspiré notre action, celle de la maîtrise des dépenses et de l’impôt, de la priorité à l’investissement. Cette année, nous augmenterons l’autofinancement et l’investissement, en espérant toutefois que nos efforts ne seront pas compromis par la création de nouvelles normes ou de nouveaux prélèvements.

L’an dernier, nous avons mené à bien de nombreuses réalisations. En 2018, nous lancerons de nouveaux et importants projets.
Ainsi le plan local d’urbanisme (PLU), approuvé en 2017, vise à promouvoir un habitat équilibré et à taille humaine, à protéger notre environnement et notre cadre de vie, tout en encourageant les initiatives et les activités économiques.

Pour les scolaires et les jeunes, nous avons poursuivi en 2017 la diffusion de l’outil numérique dans les écoles. Les classes élémentaires sont aujourd’hui toutes équipées de tableaux interactifs et les collégiens ont reçu, du Département, des tablettes numériques. Pour les scolaires, l’offre de place aux accueils du matin et du soir, ainsi qu’à l’heure du repas a été fortement augmentée, et 2018 verra la création d’un nouveau centre de loisirs, d’une centaine de places, à l’école Morel de Vindé.

En 2017, conformément au schéma d’aménagement des installations sportives, un terrain de foot synthétique a été créé au stade Duchesne, et un terrain multisport est en cours de réalisation avenue de Bauffremont.

Fin décembre, le Conseil départemental s’est engagé à rénover le collège Louis Pasteur, et il le fera à partir de 2019. C’est une excellente nouvelle, dont je remercie vivement nos conseillers départementaux, et en particulier Sylvie d’ESTEVE, et le président Pierre Bédier.

En effet, au cours des 10 années passées, l’ensemble de nos établissements d’enseignement secondaire, les collèges Victor Hugo et Pasteur, les lycées Corneille et Duchesne, auront été entièrement rénovés, à la grande satisfaction des jeunes et de leurs enseignants. J’en remercie vivement le Département et de la Région.
En matière de transports, la ligne 27, qui relie les quartiers Nord à la gare a été fortement renforcée, avec 106 liaisons quotidiennes contre 68 auparavant. En 2018, la ligne 17 sera prolongée jusqu’à Parly II, et dans le cadre de la refonte du réseau de bus de VGP, les services de bus seront améliorés.

S’agissant des trains, c’est en réunissant l’ensemble des maires concernés par la ligne L que nous avons pu obtenir d’importants engagements de la SNCF, avec l’amélioration des fréquences, le remplacement des rames à partir de septembre 2018, et, à partir de 2019, la création, à la gare de LCSC, d’une passerelle accessible.
S’agissant de nos équipements et espaces publics, les programmes de rénovation des écoles, crèches, voiries, réseaux divers, ont été activement poursuivis en 2017, avec la réfection de l’avenue de la Montagne Bon Air et de l’avenue Hogg, et l’aménagement du carrefour Pescatore/Pompadour. En 2018, nous rénoverons les réseaux d’assainissement, rue Maugé et avenue de Louveciennes, et nous sécuriserons l’avenue des Sources. Les réseaux vétustes d’éclairage public seront remplacés.

Pour le patrimoine historique, le programme de rénovation et d’embellissement est parvenu à son terme en 2017, avec l’achèvement de la rénovation de l’église St Pierre St Paul, et la mise en valeur d’un patrimoine artistique et culturel d’une exceptionnelle qualité. Cette rénovation patrimoniale a été complétée par la création, en cours, de logements, plus modernes, spacieux, accessibles, avenue Mesureur, route de Louveciennes et bientôt av. Maurice de Hirsch.

En 2018, nous lancerons d’importants projets, avec la mise en route du projet « Cœur de Ville », et le lancement d’une étude urbaine, notamment pour la rénovation du quartier de Beauregard. Ces projets d’envergure porteront, 50 ans après les bâtisseurs, une nouvelle ambition pour notre ville.

Vous parler du Cœur de ville, c’est évoquer l’un des seuls quartiers de notre ville qui, depuis un demi-siècle, n’a connu aucun changement, et a conservé l’aspect qu’il avait dans les années 70. A côté de la mairie, s’étaient installés un bureau de Poste, des services sociaux, un commissariat, une caserne des pompiers. Pendant 50 ans, le site était resté inchangé, et il avait beaucoup vieilli. De nouveaux besoins apparurent, de nouvelles attentes se sont exprimées.

Nous souhaitons y répondre, dans le cadre du projet de « cœur de ville », en prévoyant des logements de qualité, un espace dédié aux activités économiques, commerciales, libérales, l’extension de l’accueil de la petite enfance, enfin une bibliothèque multi-média. Ce sont quelques-uns des principaux objectifs d’un projet à taille humaine dont la réalisation s’échelonnera dans le temps. Lors d’une réunion de concertation, le 14 décembre, ce projet a été validé par les participants, qui, tout en souhaitant qu’une attention plus particulière soit accordée aux transports et au stationnement, en ont approuvé le cadre général.

En 2018, nous lancerons, en coopération avec la ville de Paris et le bailleur, une étude d’aménagement et de rénovation du Domaine de Beauregard. Avant l’été, j’avais proposé à Mme Hidalgo que nous engagions, une réflexion conjointe sur l’avenir du quartier ; elle l’a très vite acceptée et cette après-midi même, démarraient les travaux préparatoires.

Enfin 2018 devra voir avancer les projets d’administration numérique, les services en ligne. Certains projets sont à l’étude, d’autres vont être lancés. Mais tous les services ont vocation à intégrer l’outil numérique, pour faciliter les démarches des administrés, accélérer les procédures et fiabiliser les décisions.

Tous ces projets permettront de mieux répondre aux besoins de nos concitoyens, et d’anticiper les évolutions qui vont marquer la prochaine décennie.

Ce soir, Je veux remercier les élus. Rien ne se fait sans eux, sans chacun d’entre eux, maires-adjoints, conseillers, passionnément attachés au service de nos concitoyens et au succès de notre ville. Rien n’est possible sans l’engagement d’une équipe disponible, compétente, totalement dévouée au service de l’intérêt général.
Je les remercie ! A chacune et à chacun, j’exprime ma fidélité et ma gratitude. Mon engagement, et mon désir le plus vif, c’est aussi de former et de préparer celles et ceux qui, dans les prochaines années, seront appelées aux responsabilités municipales.

Je remercie nos 2000 entrepreneurs cellois, en les assurant de notre total engagement à leurs côtés et de notre soutien. Je remercie nos associations, leurs bénévoles, pour leur disponibilité et leur présence active dans notre ville. Elles sont quotidiennement, passionnément engagées au service de tous, au service de notre ville.

Je salue notamment l’exploit, sans précédent dans notre histoire sportive, de 2 jeunes cellois, Jacques Massoni et Jazil Abbas, devenus, en novembre dernier, recordmen du monde du Marathon en relais adulte de 400 m. Leur record, de 1 heure 44 minutes, a effacé le précédent record détenu par les Emirats Arabes Unis, performance qui figurera dans la prochaine édition du livre Guinness des records.

Force est de souligner l’entrainement sans relâche de ces jeunes athlètes depuis plus de 10 ans au sein de l’Athlétic Club Cellois, encadrés, depuis le début, par 2 entraineurs fidèles et dévoués au sport et aux jeunes, Jérôme Thomas et Philippe Dien.

Je souhaite que cette année soit, pour notre ville, une année de succès et de réussites, et, pour tous, une belle et heureuse année ! C’est une année qui verra le 35ème anniversaire de notre jumelage avec la ville de Beckum ; ce sera l’occasion de raviver des relations anciennes, durables et très vivantes, et de renouer de solides amitiés, en particulier à l’occasion du festival « Chœurs en fête ». Ce soir, j’exprime à toutes et à tous, de la part du Conseil municipal et en mon nom personnel, une très bonne et heureuse année 2018.

J’adresse mes vœux de réconfort et d’amitié à ceux d’entre nous qui souffrent de maladie, font face à des difficultés ou à la solitude. Que chacun trouve énergie et enthousiasme pour lancer de nouvelles initiatives et porter de beaux projets.

Avec confiance et détermination, je souhaite que 2018, soit, pour tous, une année de partage et d’accomplissement, d’unité et de cohésion, une année d’espoir et de réussites !

Que 2018 vous apporte joie, santé et bonheur ! Et aux jeunes du Conseil des jeunes, j’adresse ces mots du poête : « la vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter ».

Très bonne année à tous ! Vive La Celle Saint-Cloud !

Laisser un commentaire