Cérémonie des vœux 2016

Je suis très heureux de vous accueillir et de vous adresser mes meilleurs vœux pour l’année 2016.

L’année 2015, en rupture avec le passé, a été marquée par l’irruption de risques inédits dans la vie collective

Crise économique, pauvreté, flux migratoires, dérèglement climatique, attentats terroristes, tels sont quelques-uns des grands défis auxquels le monde est confronté. Notre pays n’est pas épargné. Au cours de l’année passée, il a été à plusieurs reprises la cible d’attentats terroristes sans précédent, menés par des ennemis impitoyables. En janvier et en novembre dernier, la barbarie a frappé les corps et les esprits, faisant des centaines de victimes, visant la France au cœur. Mais dans l’épreuve, notre pays a prouvé qu’il savait se rassembler, résister, exprimer compassion et solidarité, faire bloc contre les adversaires de la démocratie et de la liberté. Il s’est uni autour de ses idéaux, de ses valeurs, réaffirmant son attachement profond à la République ! Témoignage de courage et de volonté, qui nous inspire espoir et fierté ! Après cette année 2015, rien ne sera plus comme avant.

En cette période de changement, nous devons faire face à des risques nouveaux, mais aussi savoir saisir toutes les chances qui nous sont offertes

Le monde change vite. Son centre de gravité a basculé de l’Atlantique vers le Pacifique. La Chine, dont le produit intérieur dépasse désormais celui des Etats-Unis, investit dans la recherche plus que l’ensemble des pays européens. Singapour, Dubaï, Séoul, Hong Kong, Sao Paulo, sont les nouvelles capitales mondiales de l’innovation. Dans ce monde globalisé du 21ème siècle, les entreprises, les centres de recherche, les métropoles, sont en compétition, et leur rayonnement se mesure à l’aune de leur dynamisme et de leur attractivité. Ce monde nous oblige à nous adapter. Comment faire face à ces changements, en nous repliant sur nous-même, en nous dispensant de tout effort d’adaptation, de toute remise en question ? Comment penser que la voie du renouveau réside dans la résignation et l’isolement ?

Ne confondons pas la souveraineté, qui est un attribut essentiel de la République, et le souverainisme qui ne débouche que sur une impasse ! S’adapter au monde, c’est nous moderniser, abattre nos archaïsmes. Le rayonnement passe par l’ouverture, l’audace, la liberté de créer, la liberté ! En Europe, les pays qui ont su se moderniser connaissent un véritable renouveau. Ils voient leur économie et l’emploi repartir. Berlin, Londres, Madrid, sortent de la crise et connaissent un nouvel essor, que Paris et sa région leur envient. Car ces villes-régions bénéficient d’une très forte attractivité notamment aux yeux des jeunes qui souhaitent construire leur vie et réaliser leurs rêves. Dans ce monde en mutation, notre pays est à la peine. Il est en panne de projets, de croissance, fragilisé par des déficits qui le minent, des dépenses publiques excessives (près de 60 % du produit annuel), des rigidités paralysantes, une fiscalité accablante.

Comme conséquence, la croissance ne crée pas d’emploi, l’économie recule, passant du 5ème au 6ème rang mondial, le chômage atteint l’un des niveaux les plus élevés d’Europe. A l’occasion des élections récentes, nos concitoyens ont exprimé leur angoisse et leur exaspération. Ils ont dit leur crainte du chômage, leur crainte de perdre leurs repères, leur inquiétude face au délitement des territoires.

Notre pays est en panne d’audace, en panne de projets. Aucune tactique électorale n’apportera de solution-miracle ! Seules des réponses réalistes et pragmatiques, résolvant les problèmes des Français, permettront de rendre confiance à nos concitoyens. Un changement de cap radical s’impose, et le temps est compté ! Or nous disposons de réserves de créativité, d’invention, de milles atouts pour réussir. Si nous le voulons, l’espoir est permis, à condition d’inventer des solutions nouvelles, de nous projeter dans l’avenir, de donner la priorité à l’éducation, à la famille, à la culture, d’aider les jeunes à exercer leurs nouvelles responsabilités.

Notre ville est confrontée à des enjeux nouveaux. Plongeant ses racines dans le passé, fidèle à son identité, La Celle Saint-Cloud doit faire face à son destin, celui d’une ville qui va de l’avant. Notre patrimoine, nos écoles, nos familles, nos entreprises, nos équipements sont autant d’atouts pour réussir. Notre ville tient dans ses mains de grandes possibilités, à condition de saisir toutes ses chances. Pour cela, nous devons agir dans 3 directions :

  • Nous devons faire face à la crise et aux difficultés, en adaptant, en modernisant les services rendus à nos concitoyens, tout en conservant des finances saines ;
  • Nous devons poursuivre résolument notre action municipale, autour des priorités que sont la préservation du cadre de vie, la réalisation de projets d’avenir ;
  • Nous devons enfin prendre toute notre place dans le nouveau cadre intercommunal, porteur de belles opportunités ;

Faire face à la crise, c’est infléchir l’action municipale en fonction des ressources et des besoins qui évoluent

Affaibli par ses déficits, l’Etat n’a pas beaucoup d’autre réponse que celle d’augmenter les impôts et de baisser les ressources des collectivités locales. Nous subissons son désengagement, avec la baisse de la DGF et l’augmentation sans précédent des prélèvements. Dans ce contexte financier national, très difficile pour les communes, notre budget pour 2016 apparaît doublement volontariste. Volontariste, car cette année encore, nous avons décidé de ne pas faire supporter aux Cellois le retrait de l’État. Comme les années passées, nous n’augmenterons pas les taux d’imposition locale.

En 2016, nos dépenses de fonctionnement seront diminuées, les achats réduits de 5 %, les charges de personnel contenues, et la gestion au quotidien sera davantage informatisée et dématérialisée. Volontariste, car, grâce à la maîtrise des dépenses et à une dette très faible, nous pouvons poursuivre les efforts indispensables en faveur des jeunes, des familles, des personnes âgées ou en situation de handicap, tout en maintenant des investissements élevés, 3,7 M€, plus qu’en 2015.

Faire face à la crise, c’est améliorer la qualité des services aux cellois, faciliter leur vie quotidienne, adapter l’offre aux nouveaux modes de vie et aux nouvelles technologies. C’est augmenter, en fonction des besoins, les capacités d’accueil de l’enfance. C’est favoriser l’école, encourager les formations linguistiques et le numérique. Ainsi, nos collèges et nos écoles seront, en 2016, en quasi-totalité équipés de nouveaux tableaux numériques interactifs.

Faire face à la crise, c’est réaliser des projets qui améliorent la vie de nos concitoyens et répondent à leurs attentes. Ainsi nous avons ouvert, place de Bendern, une agence postale communale qui se substitue au bureau que la direction de la poste avait décidé de fermer, car nous avons pensé qu’il fallait conserver des services de proximité pour des personnes âgées ou peu mobiles habitant le quartier.

S’agissant de la sécurité, nous avons achevé le déploiement de la vidéoprotection, avec 32 caméras opérationnelles 24 H sur 24, placées aux endroits stratégiques de la ville. Aidées par la mise en place de contrats « citoyens vigilants », d’actions de prévention, et de la mise en place d’un plan local de sauvegarde, les services de sécurité pourront ainsi agir avec plus de rapidité et d’efficacité.

Pour la jeunesse, nous avons créé un terrain multisports, en accès libre avenue de Beauffremont. C’était une demande forte des jeunes et nous nous réjouissons que ce projet, aidé par le Conseil départemental et par la SIEMP, ait pu aboutir rapidement à la satisfaction des intéressés. Action qui sera poursuivie en 2016 avec la rénovation d’un 2ème terrain.

Efforts pour améliorer les transports ! Beaucoup d’entre vous ne le savent que trop, prendre le train sur la ligne Paris-Saint-Lazare, voyager dans des conditions acceptables, arriver à l’heure, tout cela, qui devrait être simple, tient parfois du miracle. Avec l’ensemble des maires concernés, nous avons donc décidé d’intervenir au plus haut niveau de la région et de la SNCF, pour faire respecter les grilles horaires, améliorer la fréquence et la ponctualité des trains, et pour accélérer le remplacement des rames. Si, depuis décembre, le nombre de trains a été accru, les correspondances train/bus devront être encore améliorées, et le nombre de bus renforcé.

Pour favoriser le dynamisme économique, nous avons accompagné la création d’une association de commerçants cellois, l’association des « vitrines celloises », dont l’utilité et le dynamisme se sont très vite manifestés et la justification amplement démontrée. Nous avons soutenu la création d’un club d’entrepreneurs, le « business club de VGP Nord », sur les villes de La Celle Saint Cloud, Bougival, Le Chesnay et Rocquencourt, avec pour objectif de mettre en relation les nombreux entrepreneurs du territoire, dont près de 1900 à LCSC. Des initiatives, tels le « Speed Business dating » en novembre dernier se multiplieront pour répondre à un besoin fort d’échange et de partage des bonnes pratiques.

Poursuivre nos grandes priorités, c’est préserver notre environnement, notre cadre de vie et c’est préparer l’avenir

En nous appuyant sur le plan local d’urbanisme, nous réaffirmons notre attachement à notre cadre de vie, de grande qualité, et à la préservation d’un environnement d’exception, à la fois naturel et bâti. Cette année, nous amplifierons l’action de renouveau, en privilégiant la qualité du patrimoine, la création d’un « cœur de ville » vivant, la dynamisation du tissu économique et des transports, et le soutien de la vie associative.

Fruit de cette volonté de renouveau et d’embellissement, la rénovation de la place Berthet a marqué l’aboutissement du programme de réfection des places de la ville. En repensant totalement l’aménagement de cette place, nous avons ralenti la circulation, sécurisé les déplacements, créé un espace convivial apprécié par les riverains qui ont su se l’approprier. De même à l’issue d’un travail de longue haleine, la rénovation de l’avenue des Gressets, à la Châtaigneraie, s’est achevée l’an dernier. Grâce à la concertation, le projet, étalé sur 3 ans en raison de son coût, a permis de moderniser le réseau d’assainissement, d’enfouir les câbles, de sécuriser et d’embellir l’avenue. En 2015, nous avons aussi rénové l’avenue Hogg et l’escalier des Montmorts.

Préparer l’avenir, c’est faire de La Celle Saint-Cloud une ville numérique. Grâce à la mobilisation des quartiers, le déploiement de la fibre optique, commencé en 2013, est arrivé à son terme fin 2015. L’ensemble des foyers cellois peut désormais se connecter au très haut débit, et nos entreprises bénéficier d’un outil indispensable pour leur développement.

Préparer l’avenir, c’est assurer la construction de logements neufs, avenue Mesureur, avenue des Etangs, avenue Maurice de Hirsch, accessibles aux personnes âgées et à mobilité réduite, souvent en attente de tels logements. C’est parachever la réalisation des logements Victor Hugo, en créant une nouvelle voie et un parking desservant ce quartier. C’est poursuivre la rénovation, notamment énergétique, des quartiers de la ville, notamment la Jonchère et Beauregard. L’avenir, c’est moderniser la voirie, comme celle de l’avenue de la Montagne Bon Air, rénover l’éclairage public, embellir l’église du Bourg ; c’est répondre à de nouveaux besoins, notamment créer une liaison douce à la sortie du Bourg, mettre en place 2 stations Autolib à La Celle Saint-Cloud, acquérir des véhicules propres en remplacement des véhicules vétustes.

Préparer l’avenir, c’est donner vie au Cœur de ville, en créant une bibliothèque-médiathèque, des espaces aérés et conviviaux, de nouveaux logements, ainsi que les places de stationnement nécessaires pour désencombrer le parking de la gare. Initié l’an dernier, ce projet prendra toute sa dimension en 2016.

Préparer l’avenir, c’est, dans un contexte de profonde mutation territoriale, prendre toute notre part dans l’intercommunalité

La conjonction des déficits et du poids de charges conduit inexorablement à la baisse des dotations, frappant de plein fouet les collectivités. Faute de volonté de réforme, la complexité administrative prévaut là où il faudrait simplifier, alléger les structures. Le millefeuille territorial a encore de beaux jours devant lui. Au lieu de supprimer des strates inefficaces et coûteuses, les pouvoirs publics ont procédé de façon homéopathique, regroupant les régions sans réduire les structures, modifiant les circonscriptions sans simplifier les compétences, créant de nouvelles organisations, comme le « Grand Paris », sans repenser la région.

Faute de spécialisation, et malgré la loi relative à la « nouvelle organisation territoriale de la République » (loi Notre), tous les niveaux territoriaux gardent finalement une compétence générale qui leur permet d’intervenir dans tous les domaines. Or même si elle bouscule des traditions, des pouvoirs, des intérêts, la réforme des territoires ne pourra pas toujours être différée ou éludée. Il faut qu’émergent des collectivités efficaces dotées de compétences claires, et un Etat plus fort centré sur ses fonctions régaliennes !

Dans cet ensemble, l’intercommunalité, qui s’affirme de plus en plus, doit constituer un outil puissant de promotion de nos territoires, un levier de mutualisation des compétences, et de mise en commun de ressources auxquelles isolément nos communes n’ont plus accès. Au sein de Versailles Grand Parc, nous participons à l’essor d’une vraie « communauté de destin » dont les priorités, qu’elles concernent le cadre de vie, l’économie, ou la culture, s’accordent avec les nôtres, et qui dispose d’un fort potentiel de développement. Avec ses 19 communes, ses 270 000 habitants, ses filières économiques, ses centres de recherche et de formation, notre intercommunalité représente aujourd’hui l’un des tout premiers pôles économiques des Yvelines et recèle la capacité de devenir une sorte de Silicon Valley à la française. C’est une immense chance pour nos communes.

Dans ce moment de l’histoire, où rien n’est acquis d’avance, l’Europe est une chance incontournable !

Le 11 novembre prochain, nous commémorerons le centenaire de Verdun, l’une des batailles les plus meurtrières de la 1ère guerre mondiale, où se sont illustrées les plus belles qualités de nos soldats, les vertus séculaires de la patrie, mais aussi les horreurs de la guerre. Depuis ¾ de siècle, l’histoire a montré que l’union de l’Europe était une condition de la paix. Le monde actuel est incertain et dangereux. Partout se réveillent les démons du nationalisme. Pour surmonter nos handicaps, et pour compter parmi les plus forts, l’union de nos vieilles nations au sein de l’Europe est indispensable. Cette union économique et politique doit puiser dans l’histoire, la culture, les valeurs des peuples européens toutes les forces nécessaires pour forger un nouveau destin.

Cette Europe est un défi ; elle est aussi un formidable espoir, celui de Schumann, de Monnet et de Gaulle ! Grâce à notre jumelage avec Beckum en Allemagne, grâce à nos liens avec Grodkow en Pologne, nous participons à l’œuvre de paix et de progrès voulue par nos prédécesseurs. Renouons avec cet élan européen qui a rassemblé, avant nous, tant de générations ! Selon Camus, « ne nous ingénions pas à détruire ce que d’autres, avant nous, ont construit de bien et de grand ! ».

S’il est un ressort fondamental de l’unité nationale, c’est le civisme et la république qui font prévaloir l’intérêt général

Ce qu’on admire chez Clémenceau, chez de Gaulle, c’est leur capacité à donner ce qu’ils ont de meilleur, sans chercher intérêt ni avantage. Ce qui donne du sens et du prix à l’engagement public, c’est le service de nos concitoyens et de nos collectivités. L’action politique n’a de sens que lorsqu’elle rassemble et rend libre. « Il n’y a pas, disait Périclès, de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage ». C’est ainsi que nous donnerons tout son sens à notre devise républicaine « liberté, égalité, fraternité ». Construire l’avenir, c’est respecter le passé, nos traditions, notre cadre de vie ; c’est aussi inventer l’avenir et prendre toute notre place dans la modernité.

Ce soir, je vous exprime à tous nos meilleurs vœux pour vous, pour vos proches, pour notre ville

Je remercie chaleureusement chacune et chacun des maires-adjoints, des conseillers municipaux, pour leur disponibilité, leur engagement au service des cellois. Merci aux élus des Conseils de quartier pour leur dévouement au service de nos quartiers. Merci aux responsables et aux bénévoles de nos associations pour leur présence auprès de nos concitoyens, pour ce lien qu’ils tissent quotidiennement dans notre ville. Je remercie le personnel municipal, le directeur général et son équipe, pour leur forte implication.

Avec vous, nous construirons ensemble une ville plus belle, plus accueillante, plus solidaire, une part de France plus unie et plus confiante. A tous, j’exprime des vœux de paix, de joie et de bonheur, des vœux de réussites et d’accomplissement personnel, professionnel, familial, avec une pensée toute particulière pour les personnes malades, isolées ou en difficulté. Que 2016 soit, pour tous, une année heureuse, sereine, une année de fraternité et d’espoir !

Bonne année à La Celle Saint-Cloud ! Bonne année à la République ! Bonne année à la France !

Laisser un commentaire